Infiltrométrie et attestation RT 2012

1- Infiltrométrie
Appelée aussi perméabilité à l'air ou diagnostic d'étanchéité à l'air est un test instrumenté qui permet de quantifier les fuites d'air d'un bâtiment.
Le test d'étanchéité consiste à effectuer des essais de (dé)pressurisation permettant de mesurer et de localiser précisément les infiltrations d'air au travers de l'enveloppe des bâtiments (fissures dans la maçonnerie, fuites diverses dans les planchers, plafonds, menuiseries, trappes techniques, prises, jointures, ...).
Dans le cadre des constructions neuves, la réalisation des tests d'infiltrométrie connaît deux applications :
• Lors de la mise hors d'eau hors d'air du bâtiment, en cours de réalisation de la construction : non obligatoire mais vivement recommandé car il permet de déceler les défauts de conception de l'ouvrage en permettant de les corriger avant la fin de la réalisation du chantier.
• Lors de la clôture du chantier de construction. Il s'agit alors de vérifier la bonne réalisation de la perméabilité du bâti une fois celui-ci terminé.Le test d'infiltrométrie permet de déceler les défauts de construction. Il est devenu obligatoire à compter du 1er janvier 2013 pour toutes les catégories de constructions neuves.
Pour en savoir plus sur le test d'étanchéité à l'air.

 

2- Etanchéité à l'air des réseaux aéroliques
Tout comme l'infiltrométrie, l'étanchéité à l'air des réseaux aéroliques est un test instrumenté. Il permet de vérifier les débits et la perméabilité des systèmes de ventilation (VMC).
L'objectif est de détecter les éventuels dysfonctionnement du réseau, de les localiser et de les quantifier ou de valider son bon fonctionnement.
Le test d'étanchéité des réseaux aérolique concerne les projets neufs et peut intervenir à différents moments de la construction :
• En cours de chantier : à partir du moment où l'avancement du chantier garantie l'étanchéité à l'air du réseau. Ce test est optionnel mais permet de de corriger les éventuels défauts du réseaux qui auront été décelés.
• En fin de chantier : le test est obligatoire dans le cadre d'un projet demandant l'attribution du label EFFINERGIE + (Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site www.rt-batiment.fr)
Un contrôle du débit de ventilation aux bouches peut également être demandé. Il s'agit d'un test en option.


3- Thermographie infrarouge
La caméra thermique permet d'effectuer différents diagnostics. Il s'agit d'un outil de pointe, précis et simple d'utilisation qui permet de vérifier de nombreux défauts de construction de façon non invasive pour le bâtiment contrôlé. Ainsi, sans percer, ni détruire, la caméra thermique permet de déceler:
• Ponts thermiques
• Défauts d'isolation
• Fuites d'air (avec l'aide du test de la Blower door)
• Humidité, infiltrations, moisissures
• Problèmes électriques
Non obligatoire, la thermographie infrarouge reste néanmoins un excellent outil d'aide au diagnostics.
En neuf ou en rénovation, ses usages sont donc nombreux et permettent une détection minutieuse de nombreux troubles du bâtiment.

 

Déroulement du test d'étanchéité
Un test d'étanchéité à l'air, pour être règlementaire, doit obligatoirement respecter la norme NF EN 13829 et son guide d'application GAP 50-784.
Le temps de préparation du bâtiment pour la réalisation de la mesure de perméabilité varie en fonction de l'avancement du chantier, des équipements installés, et des conditions atmosphériques qui peuvent parfois entraver le bon déroulement du test.
Le temps d'intervention sur chantier peut donc varier entre 1 et 2 heures, plus si l'étude thermique n'est pas fournie.
Tout d'abord, les entrées et sorties d'air volontaires (bouches VMC, conduits cheminée, grilles d'aération ...) sont obturées pour ne pas fausser le test: seules les circulations d'air parasite sont prises en compte lors de la mesure de perméabilité puisqu'on souhaite quantifier les fuites.
La porte d'entrée principale est remplacée par une porte soufflante « Blower Door » équipée d'un manomètre et d'un ventilateur.

On crée alors une différence de pression entre l'extérieur et l'intérieur du bâtiment testé à l'aide de la porte soufflante.
Un logiciel spécifique se charge alors de calculer précisément les débits de fuites d'air pour un écart de pression donné.
Une recherche des fuites éventuelles est réalisée pour localiser précisément d'où viennent les déperditions d'air dans l'enveloppe du bâtiment.
Par ailleurs, une photo de chaque fuite sera jointe au rapport établit par le mesureur agréé afin de justifier et d'appuyer le résultat obtenu par le test.
Le diagnostic d'étanchéité à l'air est devenu incontournable depuis le 1er janvier 2013 pour toute nouvelle construction d'habitation. En effet, le résultat du test d'infiltrométrie est une donnée indispensable dans le calcul des consommations énergétiques de l'habitat.

Moment du mesurage


A quel moment doit-on réaliser un test d'infiltrométrie ?

• Construction neuve (tous type de bien):
Il est possible de réaliser un premier test en cours de chantier, soit à la mise hors d'eau hors d'air du bâtiment, lorsque le gros œuvre est achevé. Il s'agit du test intermédiaire. Il n'est pas obligatoire mais fortement recommandé pour déceler à temps les défauts de mise en œuvre de l'isolation et de l'étanchéité des parois. Il est plus facile de corriger des défauts à ce stade de la construction.
Le test d'étanchéité à l'air est obligatoire à l'achèvement des travaux, avant la livraison du bien au client. Le test final permet de déterminer si la construction répond aux exigences de la Règlementation Thermique 2012.
• Rénovation (tous type de bien):
Dans le cas de bâtiment existant à rénover, il est recommandé de réaliser un premier test d'étanchéité avant travaux. Ainsi, la perméabilité d'origine est connue et il est plus facile de constater l'évolution de la perméabilité de l'enveloppe.
Cela ne remplace en aucun cas le test intermédiaire, qui permet de vérifier le bon déroulement des travaux de rénovation du point de vue de l'étanchéité. Le test intermédiaire reste optionnel.
En fin de chantier, le test final reste obligatoire dans le cas de rénovation de bâtiment existant.
Pour réaliser un test d'infiltrométrie, l'opérateur de mesure doit être autorisé par l'organisme QUALIBAT.
Le temps nécessaire à la réalisation d'une mesure d'étanchéité varie entre 1h00 et 2h00 pour une habitation de type maison individuelle ou appartement.
Q4Pa-Surf
Valeurs règlementaires d'un test d'étanchéité à l'air (Q4Pa-Surf):
La valeur règlementaire pour passer avec succès le test de perméabilité à l'air ne doit pas excéder, selon la RT 2012:
- 0,60 m3/ (h.m2) de parois déperditives, hors plancher bas, en maison individuelle ou accolée.
- 1,00 m3/ (h.m2) de parois déperditives, hors plancher bas, en bâtiment collectif d'habitation.

 

RT 2012
La Règlementation Thermique 2012
En France, il existe une Règlementation Thermique (RT) depuis 1974. Elle permet d'encadrer les nouvelles constructions.
La nouvelle Règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur au 1er janvier 2013. Elle est issue du Grenelle de l'Environnement. Obligatoire, elle est donc contrôlée dans sa mise en œuvre sur le terrain...
L'objectif annoncé est de réduire par 3 les dépenses en énergie du secteur du bâtiment car c'est aujourd'hui le 1er poste de consommation énergétique en France avec plus de 40% de l'énergie totale consommée chaque année.
Pour atteindre les objectifs fixés, les logements devront donc maximiser leur conception bioclimatique, leur isolation, l'efficacité de leurs apports énergétiques, posséder des équipements performants ...
La Règlementation Thermique 2012 s'appuie sur 3 indices énergétiques :
• Cep : Consommation d'énergie primaire
• Bbio : Besoin bioclimatique
• Tic : Température intérieure de confort
Pour atteindre l'objectif fixé, les nouvelles constructions devront impérativement respecter un seuil maximal de 50kWhep/(m².an)*, consommation énergétique correspondant à l'ancien label BBC « Bâtiments Basse Consommation ».
*50 kilowatt heure d'énergie primaire/m² et par an.Selon leur climat et l'altitude , le seuil de consommation énergétique des régions de France varie entre 40 et 65 kWh d'énergie primaire.
Pour la région Poitou-Charentes, ce seuil a été fixé à 50 kWhep/m².an
La RT 2012 exprime ses exigences en énergie primaire, et non en énergie finale.
L'énergie primaire est la consommation nécessaire à la production de l'énergie finale qui est celle utilisée par l'occupant du logement.
EN BREF : la Règlementation Thermique 2012 impose donc une obligation de résultats (indicateurs Cep, Bbio et Tic) mais aussi une obligation de moyens (recours à des équipements performants et économes en énergie et production d'énergie renouvelable).

 

Qu'est-ce qu'une maison bioclimatique ?
Une maison bioclimatique est une habitation dont la conception a prit en compte l'environnement du projet afin d'optimiser les apports énergétiques de l'extérieur.
Le choix du terrain est donc primordial !
Ainsi, les ouvertures (baies vitrées, fenêtres) et la répartition des pièces sont étudiées pour rendre l'habitation la plus confortable possible pour ses occupants, tout en minimisant les consommations énergétiques.
Au départ, il faut donc considérer le terrain dans son environnement pour déterminer :
• l'orientation du projet : selon les saisons, le soleil monte plus ou moins haut dans le ciel, et l'angle de diffusion de la chaleur est donc variable. La répartition des pièces doit être réfléchie de la même manière pour profiter au mieux des avantages d'une bonne exposition.
• la forme de la maison : sa compacité limitera les déperditions énergétiques été comme hiver.
• l'emplacement de la végétation : le choix des végétaux et de leur implantation par rapport au bâtiment permettra d'abriter les façades ouest de la surchauffe d'été (végétation dense) ou de protéger les faces nord-ouest du vent et du froid en hiver. De la même façon, il est préférable de dégager les façades du quart sud-ouest/sud-est pour laisser entrer la lumière en été et la chaleur en hiver...

 

 

 

 

Thermographie et infiltrométrie et diagnostics immobiliers : La rochelle (17) - Rochefort (17) - Marennes (17) - Saintes (17) - Ile d'Oleron (17) - La tremblade (17) - Saujon (17) - Gémozac (17) - Meschers-sur-Gironde (17) - Royan (17) - Saint-Palais-sur-Mer (17) - Vaux-sur-Mer (17) - Saint-Georges-de-Didonne (17)